La Chlordécone en vidéos (explications, conseils, mesures)

Saison 1

 
 

Comprendre la chlordécone

La chlordécone est une molécule chimique utilisée comme insecticide en Guadeloupe et en Martinique de 1972 à 1993 (date de son interdiction définitive) ...pour lutter contre le charançon du bananier, un insecte coléoptère, dont les larves creusent des galeries dans le bulbe du bananier et le fragilisent.

La contamination de la terre

Suite à l’utilisation de la chlordécone principalement dans les bananeraies, et malgré son interdiction en 1993, le sol des parcelles sur lesquelles cet insecticide a été utilisé est toujours pollué. En effet ce pesticide est très persistant. En raison de sa structure chimique, la molécule de chlordécone est très stable, et très peu soluble dans l’eau. Les sols antillais, riches en matières organiques et en argile, la retiennent efficacement et elle ne s’y dégrade pas. La quantité de chlordécone qu’un sol peut retenir dépend de la quantité de matière organique du sol et de la nature de ses argiles.

La contamination de l'eau

Lorsqu’il pleut, l’eau touchant le sol ruisselle ou s’infiltre. C’est par ces transferts d’eau que la chlordécone se disperse principalement dans l’environnement, soit sous forme dissoute dans l’eau…soit associée à des particules de sol. Ainsi s’explique la contamination des rivières, des eaux souterraines et du milieu marin.

La chlordécone et la santé

La molécule “chlordécone” fait partie des perturbateurs endocriniens. Elle est susceptible de perturber notre fonctionnement hormonal. Elle a aussi des effets neurologiques. Elle peut donc avoir des effets néfastes sur notre santé et favoriser le développement de certaines pathologies…

La chlordécone et l'alimentation

La contamination à la chlordécone se fait exclusivement par l’alimentation et la boisson. Afin de garantir des denrées alimentaires saines à la population, les professionnels sont soumis à une réglementation européenne, communément appelée “paquet hygiène”. C’est dans ce cadre que la contamination à la chlordécone est traitée.

La chlordécone et l'agriculture

A partir d’un certain seuil de chlordécone dans le sol, la molécule contamine certaines cultures alimentaires sensibles. Environ 7 000 ha, soit 30% des sols cultivés et 6% du territoire martiniquais ne sont pas adaptés à la production des végétaux les plus sensibles. Les végétaux sensibles sont surtout les racines et tubercules type patates douces, ignames, choux de chine. Les légumes de la famille des giraumons et des salades peuvent être contaminés dans des sols très pollués qui représentent moins de 8% des sols martiniquais...

La chlordécone et l'élevage

La principale source de contamination des animaux élevés sur un sol pollué par la chlordécone est avant tout la terre : un bovin, par exemple peut consommer près de 500 g de terre chaque jour. Les volailles en ingèrent également d’importantes quantités et aucune espèce élevée sur sol naturel n'est épargnée.

La chlordécone, la mer, la pêche et l'aquaculture

Les poissons et les organismes aquatiques accumulent par contact ou par leur alimentation de la chlordécone à des concentrations supérieures à celles de l’eau. C’est pourquoi de nombreuses études ont été menées et le sont encore aujourd’hui pour suivre l’évolution de la présence de la chlordécone, par zones et selon les espèces pêchées, afin de mieux comprendre les modes de contamination et de décontamination… L’objectif : mieux gérer les zones marines pouvant être exposées à la chlordécone !

L'autoconsommation

Chez nous, la consommation de produits issus de notre jardin créole, de notre propre pêche ou de nos animaux d’élevage familiaux est courante ! ...mais les mesures de prévention à la production, et les contrôles sur les points de vente mis en œuvre pour les professionnels (agriculteurs, éleveurs, pêcheurs) ne s’appliquent pas aux personnes pratiquant l’autoconsommation.

Les mesures en cours et à venir

Le troisième Plan de lutte contre la pollution par la chlordécone en Martinique et en Guadeloupe s’étend sur une période de 7 ans, soit de 2014 à 2020. Il s’inscrit dans la continuité des deux précédents plans et poursuit les actions engagées sur trois axes : - l’amélioration des connaissances sur la chlordécone par la recherche - le renforcement de la protection de la population.